pascal convert

2011

Histoire enfance

This text will be replaced
 

 

Être l'enfant d'un personnage célèbre n'est certainement pas une position facile. Il faut se faire, sinon un nom, du moins un prénom. Cela exige une force de caractère singulière, mais la présence du père et/ou de la mère rend possible un conflit émancipateur.
Mais qu'en est-il des enfants dont le père et parfois la mère ont disparu dans des circonstances particulièrement violentes et tragiques ?
A première vue, on pourrait s'imaginer qu'être l'héritier d'un héros fusillé durant la Résistance, qu'il s'appelle Gabriel Péri, Georges Politzer, Charles Michels, Pierre Semard, Lucien Dupont, Robert Peltier ou Jacques Decour donne une légitimité morale et sociale indiscutable.
Mais ce serait être très loin de la réalité de la solitude qui va être la leur. Ces enfants de l'amour sont aussi des enfants de la mort et ils portent dans leurs bras ces deux fardeaux sans savoir
où les déposer.

2324

Christiane Lauthelier est née le 16 avril 1943 au Val de Grâce à Paris (alors hôpital militaire allemand) où sa mère Marcelle Bastien est en détention. En effet, cette dernière, engagée dans la Résistance comme agent de liaison de Lucien Dupont, a été arrêtée le 8 juillet 1942 à Bordeaux, mise au secret et torturée au Fort du Hâ par la police de Vichy puis livrée aux Allemands.
Son père, Lucien Dupont, militant aux Jeunesses communistes, est arrêté une première fois, en septembre 1939. Dès sa sortie de prison, il met sur pied l’Organisation spéciale du Parti communiste et réalise plusieurs attentats contre les troupes d'occupation allemande.
Il est à nouveau arrêté le 16 octobre 1942 et fusillé au Mont Valérien le 26 février 1943. Marcelle Bastien, quant à elle, envoyée au camp de Romainville avec sa fille, est déportée en août 1943 à Ravensbrück. Christiane est alors recueillie par la Croix rouge et envoyée chez les parents de Lucien Dupont qui l’élèvent jusqu’au retour de sa mère.

3031

Pierrette Legendre est née le 2 juin 1935 de Yvette Semard et Émile Judith. Sa mère s'est séparée de son mari en 1937 et a rencontré André Berthelot, ouvrier électricien, militant communiste.
Pierrette Legendre a finalement été élevée par ses grands-parents, Pierre et Juliette Semard. Pierre Semard, secrétaire général de la Fédération des cheminots et secrétaire général du Parti communiste français est une figure centrale de l'Internationale communiste et du syndicalisme.
En 1936, lors de la création de la SNCF, il est un des quatre administrateurs issus de la représentation syndicale. Il est révoqué en 1938 pour avoir signé des tracts appelant à la grève. En octobre 1939, il est arrêté pour infraction au décret ordonnant la dissolution du Parti communiste et fusillé le 7 mars 1942. Son épouse Juliette est pour la même raison condamnée aux travaux forcés et déportée à Ravensbruck. La mère de Pierrette Legendre, Yvette Semard, est arrêtée le 6 février 1942, Son père adoptif, André Berthelot est arrêté le 16 octobre 1942 et fusillé le 26 février 1943.

3233

Denise Bailly-Michels est née le 1er mai 1930 de Aimée Malagnoux et Charles Michels. Durant leur enfance, Denise et sa sœur aînée Régine ont été confrontées aux difficultés de la vie ouvrière. Leur père, aîné d'une famille de quatre enfants, était entré à l’âge de treize ans comme apprenti cordonnier dans une fabrique de chaussures de la région parisienne.
Son activité syndicale lui valut d'être licencié à plusieurs reprises. Élu secrétaire permanent du syndicat CGTU, puis député communiste en mai 1936, il participe à la mise en place des congés payés et des 40 heures.
Déchu de son mandat législatif en janvier 1940 pour appartenance au Parti communiste, il est interné au mois de mai 1941 au camp de Choisel à Châteaubriant. Suite à l'exécution d'un officier allemand par la Résistance, le général Stülpnagel ordonne de fusiller cinquante otages. Pierre Pucheu, ministre de l’Intérieur de Pétain, choisit vingt-sept internés de Châteaubriant, tous liés à la CGT et au Parti communiste. Charles Michels est le numéro un de la liste et fusillé le 22 octobre 1941.

3435

Brigitte Decourdemanche est née en août 1933 de Daniel Decourdemanche et Jacqueline Bailly. Son père, agrégé d’allemand et écrivain, a pris le nom de plume de Jacques Decour, nom qu'il conservera dans la clandestinité.
Militant aux Jeunesses communistes, rédacteur en chef de la revue Commune, il poursuit avant-guerre sa thèse sur la religiosité romantique en Allemagne.
Dès octobre 1940, il se voue à l’organisation de la Résistance intellectuelle et il fonde avec Jacques Solomon et Georges Politzer les revues clandestines l'Université libre et la Pensée libre. En octobre 1941, il crée avec Jean Paulhan les Lettres Françaises clandestines.
Arrêté le 17 février 1942, il est fusillé au Mont Valérien le 30 mai 1942.

3637

Pauline Talens-Péri est née en octobre 1937 de Vicente Talens Inglas et de Pauline Taurinya. Très tôt confrontée aux difficultés de la vie ouvrière, sa famille maternelle s'est rapprochée de la mouvance communiste. En 1922, sa mère épouse André Marty, futur responsable de l'Internationale communiste. En 1927, c'est Gabriel Péri, journaliste renommé et futur député communiste, qui rejoint la famille Taurinya en épousant la soeur cadette, Mathilde.
Durant la guerre d'Espagne, Pauline Taurinya, séparée d'André Marty, rencontre Vicente Talens Inglas, gouverneur républicain de la province d'Almeria, avec lequel elle a une fille nommée elle aussi Pauline. Le 30 mars 1939, Pauline et sa mère fuient l'Espagne pour la France. En mars 1940, elles sont internées au camp de femmes de Rieucros. Son père ayant été fusillé par les franquistes à Valence le 25 juin 1940, Pauline est adoptée par son oncle Gabriel Péri.
Arrêté le 18 mai 1941, Gabriel Péri est interné à la prison de la Santé et fusillé au Mont Valérien le 15 décembre 1941. Pauline Talens-Péri est alors élevée par sa tante Mathilde, dont le statut de député permet de protéger la jeune fille privée de papiers d’identité officiels.

3839

Aurélia Mouedeb est née le 3 mars 1942 à Paris à l'hôpital Baudelocque dit hôpital des Enfants abandonnés..
En août 1937, sa mère Aurélie Zahner épouse René Dellepiane qui, en 1940, est fait prisonnier de guerre en Allemagne. Aurélie Zahner rencontre alors Robert Peltier, ouvrier modeleur sur métaux, jeune militant communiste engagé dans les premiers groupes armés des Bataillons de la Jeunesse du colonel Fabien. Spécialisé dans les déraillements de trains à destination de l'Allemagne, Robert Peltier est arrêté le 1er novembre 1941 et fusillé au Mont Valérien le 9 mars 1942, six jours après la naissance de sa fille Aurélia qu'il n'a donc pu reconnaître comme son enfant légitime.
Au registre d’état-civil, seuls ses prénoms apparaissent : Aurélie Jeanne Roberte. Elle est confiée à une nourrice à Enghien-les-Bains jusqu’en 1946.

2526

Michel Politzer est né le 24 août 1933 à Biarritz. Son père, Georges Politzer, né en 1903 dans une famille juive hongroise, participe en 1919 à la révolution de Béla Kun.
Il quitte ensuite la Hongrie pour Paris où il devient agrégé de philosophie. Fondateur de la revue Philosophies et de la Revue de psychologie concrète, il y développe son intérêt pour la psychologie et la psychanalyse. Lors d'un voyage à Biarritz, il rencontre Maie Larcade, fille d’un grand cuisinier basque. Au contact de Georges Politzer, Maie Larcade adhère au Parti communiste. En 1935, Georges et Maie Politzer se lient à Jacques Solomon et son
épouse Hélène Langevin (fille du physicien Paul Langevin). Militants, professeurs à l'Université ouvrière, journalistes, Georges Politzer et Jacques Solomon sont bientôt rejoints par Jacques Decour. Dès septembre 1940, ils organisent tous trois la résistance universitaire.
Après l'arrestation de Paul Langevin, ils fondent la revue l'Université libre et la Pensée libre. Georges et Maie Politzer sont arrêtés le 15 février 1942 par la Brigade Spéciale.Georges Politzer est fusillé au Mont Valérien le 23 mai 1942. Maie Politzer est internée à Romainville puis déportée à Auschwitz où elle meurt le 6 mars 1943 du typhus. Michel Politzer a été élevé par ses grands-parents maternels.

This text will be replaced
 

Maie, Georges, et Michel Politzer

Vidéogramme de Pascal Convert - 14 min - 2011

Merci à Michel Politzer

Réalisation - Pascal Convert
Exploitation video - Mélody Lamoix, Jérémie Yazarbal
Son mixage - Saoussen Tatah
Montage - Rémi Rapaie, Camille Gachen
Musique - René Aubry, Rachmaninov
Archives - INA, Pathé, Gaumont, Famille Politzer, Famille Decour, Pascal Convert
Remerciement - ESA Rocailles, Lycée René Cassin, Ville de Biarritz, Grande Plage

/ Accueil /
Biographie / Oeuvres / Expositions / Films / Thématiques / Documents
Textes - articles / Editions / Liens - contact / Au hazard