pascal convert

2010 - 2012

Raymond Aubrac

This text will be replaced
 

RAYMOND AUBRAC, Les années de guerre.
2010, 100 min.
Un film de Pascal Convert
réalisé par Fabien Béziat et Pascal Convert.

Ce film dessine un portrait ou plutôt un autoportrait de Raymond Aubrac durant les années de guerre. Voyageur immobile dans les remous d’un passé tourmenté qui n’en finit pas d’occuper l’actualité comme en témoigne les récentes cérémonies autour de Guy Mocquet ou aux Maquis des Glières, Raymond Aubrac, revient sur ses engagements, son action, ses responsabilités mais aussi sur les accusations qu’il a eu a endurer à la suite du procés de Klaus Barbie. D’origine juive et de formation républicaine laïque Raymond Aubrac, de son vrai nom Raymond Samuel, nous parle de l’utopie dont il rêvait avec sa compagne Lucie et avec ses amis Emmanuel D’Astier, Pascal Copeau, Serge Ravanel, Jean-Pierre Vernant, des conflits inhérents à tout engagement, du travail d’unification de la résistance autour de Jean Moulin et du Général de Gaulle, de la tragédie de Caluire, des espoirs perdus.

Une Production Les Films d'Ici
en coproduction avec l'Ina et Novanima
avec la participation de France Télévisions et Planète

Un film réalisé avec le soutien
du Centre National du Cinéma et de l'Image animée
du Ministère de la Défense, Secrétariat Général pour l'Administration, Direction de la Mémoire, du Patrimoine et des Archives
de la Procirep, société des producteurs et de l'Angoa
de la Région Aquitaine

Textes et entretiens Pascal Convert
Commentaire dit par Denis Lavant
Musique originale Martin Wheeler


This text will be replaced
 

RAYMOND AUBRAC, reconstruire.
2012, 76 min.
Un film de Pascal Convert
réalisé par Fabien Béziat et Pascal Convert.

« Raymond Aubrac, Reconstruire » prolonge « Raymond Aubrac, les années de guerre" . Quand Raymond Aubrac décède le 10 avril 2012, à 97 ans, il a derrière lui ce que l’on appelle une vie « bien remplie »…Bien remplie de quoi ? Il a une vie remplie de dévouement à la chose publique, de courage face au nazisme, d’ingéniosité dans le combat, de cette droiture qui déjoue les pièges, de modestie quand d’autres affichaient leurs exploits. Et remplie surtout d’une chose rare : la résistance de Raymond Aubrac ne s’est pas arrêtée en 1945. Elle a pris une autre forme : la reconstruction.

Battre le fascisme jusque dans son but misérable, semer les ruines, c’était reconstruire la France, à Marseille, comme commissaire de la république, en Europe en y développant les échanges Est-Ouest, dans le monde en se mettant au service des grands organismes de l’ONU. Et, plus encore, contribuer à décoloniser le monde. Le programme du Conseil National de la Résistance avait tout prévu, sauf ça : libérer les pays coloniaux du joug des empires vainqueurs de la seconde guerre mondiale. Il n’y avait pas d’accord là-dessus, dit l’intéressé.

Et, au titre de cette tache que s’est assigné le résistant Aubrac, on voit apparaître dans ce second film un personnage inattendu : Ho Chi Minh, l’oncle Ho. Le parcours de Raymond Aubrac relie ainsi deux figures de l’Histoire : Jean Moulin et Ho Chi Minh. A refaire ce parcours, deux réalisateurs ont consacré une bonne partie de leur vie pendant ces cinq dernières années : Pascal Convert attaché à « pénétrer » les secrets de la résistance depuis son film « Mont Valérien, au nom des fusillés », et Fabien Beziat.
Ils n’y ont pas perdu leur temps, au sens fort de ce terme. Il est prodigieux de voir comment cet homme a servi de passeur entre les Vietnamiens et les Américains  au plus tragique de cette guerre. « Ingénieur, j’ai toujours appris à faire des ponts et je me demande l’on ne s’est pas servi de moi comme d’un pont », dit-il avec un brin de malice amusée.

Une coproduction Les Films d'Ici et l'Ina
avec la participation de France Télévisions et Planète

Un film réalisé avec le soutien
du Centre National du Cinéma et de l'Image animée
de la Procirep, société des producteurs et de l'Angoa
de la Région Aquitaine en partenariat avec le CNC

Textes et entretiens Pascal Convert
Commentaire dit par Georges Didi-Huberman
Musique originale Martin Wheeler

/ Accueil /
Biographie / Oeuvres / Expositions / Films / Thématiques / Documents
Textes - articles / Editions / Liens - contact / Au hazard